Le conte de Toto ou le con de Toto, selon les jours, les années, les avis.
CHAPITRE 4: Stand up for your rights!

…suite

– Mais t’es con, Marley bordel, tu connais Toto depuis 5ans et en fait, tu’l connais que dalle(sourire). Toto a toujours été un des plus grands fans de Marley que j’ai jamais connus. Ce disque s’appelle Kaya.
– Ben si t’avais direct parlé de Kaya, j’aurai direct compris, enclume !
– Tiens, ça me rappelle une nuit de fou en parlant de Marley de moi et Toto…
-Ah ouais ?
-Imagines-toi. J’étais aussi un grand fan de Bob. Un jour on a appris que Bob allait venir jouer en Suisse !

– Quoi ?! Il y a eu un concert de Marley en Suisse, je savais pas…
– Ben c’est clair, t’es trop jeune décidément ! je me souviens de cette journée comme si c’était hier, je peux même te dire, la date, c’était le trente mai 1980 ! En Suisse, mec ! Bob Marley ! Le King ! Au Hallenstadion ! Bob ! Je sais pas si tu te rends compte ?
– Ben ouais, enfin pas trop, j’aime bien écouter un bon Marley de temps en temps, mais je peux pas dire que j’ai jamais été fan…Tu connais mon exclusivité rock (sourire) .
– Nous en était fous d’ce mec, c’était comme un dieu ou plutôt comme un espoir, ouais un espoir sur un monde meilleur, plus revendicatif, un monde protégeant les petits, les pauvres, bref un monde qu’existe pas….et pis …, et pis pffffffffhhhhhhhhhh,… (soupir-silence) et le 11 mai 1981, moins d’une année après la grande messe du Hallendstadion !…Il est mort ! Mort, dead, le king dead !C’était trop pour nous, on a chialé comme des nouveaux-nés.
– Arrête, si tu chiales, ch’te mets une claque, pense pas à ça.
– T’as raison, mais c’est quand même bizarre de chialer pour quelqu’un que t’as pas connu. Ca m’est arrivé récemment, quand Amy est décédée, elle a la même pêche que Marley. Elle aurait pu faire une grande carrière, si elle avait vécu jusqu’à 40 ans, comme Marley…J’adore son dernier disque, son duo avec ce bon vieux Naz me fout des frissons à chaque fois quand j’l’écoute dans ma caisse. La reprise de « our day willcome » en reggae ska est trop belle. Et sa version de « girls from Ipanema » est juste magique, quelle performance, c’est triste.
– Ah ben on peut dire que y a pas que du bon d’être faiseurs de tubes pour l’éternité ! Tu peux encore parler de Mozart si tu veux ahah ? Non, je rigole mais arrêtons de parler de ces trucs tristes. Le concert, alors, c’était comment ?
– Ben un truc de fou, toute une sale en lévitation ! Une énorme émotion. Un meeting politique ! Une messe. Un mélange de Gandhi, Nelson Mandela et Martin Luther King, un truc inoubliable !
– J’aime bien ton exagération, en tout cas ça t’as bien pris ! Et ça a duré toute la nuit ta messe ?(sourire).
-Non, le concert a duré deux heures et demi et a terminé en apothéose, Bob seul sur la scène, avec sa guitarre, à jouer Redemption Song… ! Et la nuit n’était pas encore finie…
– Quoi, t’as fait une after avec Bob ?? Ahahaha.
– Non, avec Toto, on avait perdu les 2 potes avec qui on était monté. Heureusement, on est tombé par hasard sur son frère Fifi qui nous a embarqué. Eh oui, y avait pas de natel à l’époque, tu perdais qqn dans une foule de 20’000 personnes, tu pouvais oublier. Ca avait aussi du bon …Toujours est-il qu’on s’est tiré du Hallenstadion dans la caisse de son frangin, une Citroen GS orange des années 70. Une bagnole trop de la balle, Starsky et Hutch à côté c’est du pipo !
– Et vous êtes rentrés direct sur Laus ?
– Non Fifi et sa cops voulaient juste passer faire un petit tour au centre de Zürich boire un verre, c’était pas trop tard, et nous, ben on avait pas trop le choix…et on a pas regretté…
– Bon déballe, t’es chiant !
– On a débarqué au Niederdorf, vers Bellevue, à Zürich…et en fait on est débarqué en plein Beyrouth, en pleine scène de guérilla urbaine, en pleine scène de guerre tout court, avec barricades, voitures en feu, sirènes des ambulances et des keufs et odeurs de gaz lacrymogène dans toutes les ruelles du Nieder. T’en avais jamais entendu parler ?
– Et non, avec mon âge, j’ai loupé 2-3 trucs. Mais on en parle jamais plus de ta nuit d’émeutes, t’aurais pas rêvé ???
– Mais oui, mais oui (sourire). Non mec j’ai pas rêvé, c’était la première nuit d’un mouvement mythique qui a commencé à Zürich et qui s’est appelé « Züri brännt », Zürich brûle,le dernier mouvement contestataire qu’il y a eut en Suisse, il y a plus de trente ans. Un mouvement qui a pris une ampleur incroyable les mois suivants. Et nous, les 2 petits lausannois, on vivait ça en direct, en chialant tellement on était gazé. C’est vite vu, son frangin avait été tellement gazé qu’il était incapable de conduire sur le retour. C’est Toto qui a conduit pour revenir de Zurich, il avait 17ans et demi…
En fait le mouvement était vraiment gros qu’à Zürich, mais y a eu une deuxième ville où le mouvement a pris de l’ampleur.
– Je parie sur Lausanne ?
– Eh ben t’es faux (sourire), c’était à Lôzane, et le mouvement s’est appelé Lôzane bouge !

Publicités