Le conte de Toto ou le con de Toto, selon les jours, les années, les avis.
…suite

Chapitre 18 : Exonérations VD : propositions !

Vendredi 10 février 2012, Epalinges, 20h…

Les trois amis se sont retrouvés chez Toto, ils ont fini leur fondue.
Il y a Toto, l’ami musicien et l’ex banquier qui travaille au Développement Economique Vaudois. Ils ont parlé de leur vie privée et évidemment ils ont reparlé de la bombe révélée par le Contrôle fédéral des Finances le jour même : les exonérations accordées par le Canton de Vaud aux entreprises étrangères dans une opacité totale.
Tous sont unanimes sur le fait que le Canton de Vaud a totalement abusé. On en revient à la discussion :


– Bon Toto, t’as bien été le seul à parler de ça depuis le début de la campagne mais maintenant il ne faut plus dénoncer mais proposer.Ton histoire de moratoire de 5 ans , ça me semble un peu léger comme argument . A ton interview demain à LFM, ils vont te demander des solutions complètes en te bombardant de questions !
– Ben v as y, bombarde moi de questions, fais l’interviewer, je suis prêt !
– Chiche je te fais le vrai,t’es prêt ? Ok,alors j’y vais :
Monsieur Morand, je vous remercie de votre présence sur nos ondes. Vous avez dénoncé les pratiques du Canton de Vaud en matière fiscale pendant cette campagne. Après les révélations du Contrôle Fédéral des finances de ce jour quelles sont vos propositions pour redorer l’image du Canton ou autrement dit, que feriez vous le premier jour de votre élection au Conseil d’Etat ?
– J’instaurerai en urgence un moratoire de cinq ans sur tout nouvel accord d’exonérations fiscales pour les entreprises étrangères voulant s’implanter dans le canton…
– Mais monsieur Morand un moratoire ne va pas régler le problème quand même ?
– C’est une solution d’urgence qui ne fait que des gagnants, c’est du win,win,win et win !
– Ah oui,qui seraient alors ces gagnants d’un moratoire, monsieur Morand ?
– Et bien tout le monde mais en premier lieu tous les habitants du canton de Vaud, y compris les expatriés. Ca permettrait de souffler au Canton ! Ces exonérations fatiguent les vaudois ! Ils en ont marre de voir leurs loyers augmenter. Ils ne sont plus d’accords de perdre de leur qualité de vie. Ils veulent plus de justice fiscale. Les infrastructures ne suivent pas, tout le monde grogne, ça ne peut pas durer. Les jeunes quittent leur village pour se loger !
– Le deuxième vainqueur serait le Canton de Vaud, automatiquement ! En faisant un moratoire, le canton améliorerait son image, envers tous ses habitants et ses chefs d’entreprise pour plus de justice fiscale. Ce gain d’image serait également un bon signe envoyé à nos cantons voisins qui nous accusent de concurrence déloyale après ce rapport.
– Le troisième gagnant serait la Suisse. Comme le révèle le rapport, ces exonérations font perdre de grosses rentrées fiscales à la Suisse. Mais plus grave, ces exonérations sont tellement énormes que la pression de nombreux pays sur la Suisse n’est que plus forte. Tous les Etats sont à la chasse aux impôts et ces montagnes d’exonérations du canton de Vaud paraissent comme une provocation.
– Et enfin, les gagnants seraient tous les promoteurs en immobilier. Ce serait leur rendre un énorme service que de freiner cette expansion à tout prix, ça éviterait de précipiter l’éclatement d’une bulle immobilière qui leur ferait beaucoup de mal. Ils auraient cinq ans pour construire des logements sans un flux migratoire additionnel et construire toutes les infrastructures manquantes. L’effet serait bénéfique sur les prix.

-D’accord, Monsieur Morand, donc vous seriez pour vous débarrasser de ces entreprises étrangères, du jour au lendemain ?
-Rassurez-vous, je parle d’un moratoire sur de nouvelles exonérations. On ne peut pas dénoncer nos accords avec ces sociétés qui n’ont fait que profiter d’un système qui leur était proposé. Le Canton a tout fait pour attirer ces entreprises par ces cadeaux fiscaux, on ne peut pas les jeter à la rue. Le Canton ne peut que respecter ses engagements dans leur durée et ne pas renouveler ces accords à leur échéance.
– Et après votre moratoire de 5 ans monsieur Morand que ferez-vous ?
– Et bien ces 5 ans laisseraient le temps d’organiser en premier lieu un grand débat sur cette question fiscale vaudoise. Qui dit débat ,dit information ! Il faudrait donc que les Vaudois soient au courant des pratiques fiscales de leur Canton afin de pouvoir juger. Car mis à part les exonérations temporaires, beaucoup d’allégements fiscaux posent de problèmes par rapport à leurs taux d’impositions particulièrement bas. Après débat, la meilleure solution serait d’avoir une consultation populaire sur la fiscalité vaudoise. Il n’est pas possible que deux personnes du Canton décident à elles seules de décisions aussi importantes pour l’image du pays entier !
– Monsieur Morand,en voulez vous aux multinationales ?
-Absolument pas, elles profitent de règles légales qui leur sont mis à disposition. J’en veux juste au système qui systématiquement favorise les grands nantis face aux petits dans le besoin. Ca devrait être le contraire. Il faut changer la manière de faire la promotion du canton !
– Et comment ? Si vous vous opposez à la venue de ces grandes entreprise en franchise d’impôt, comment comptez-vous faire pour compenser ?
– Décréter un plan d’urgence pour un soutien accru aux PE..
– PE ?
– Oui aux PE, aux petites entreprises. Aux entreprises de moins de 20 personnes qui débutent et dont certaines deviendront des grandes entreprises, mais c’est un large débat, peut être que vous me réinviterez pour en parler…

– Bon ok, on arrête, tu t’es bien démerdé mais j’ai pas été vache, t’es d’accord ?
– Ouais c’est vrai, merci (sourire).
– Mais parle nous un peu plus en détail de ton plan d’urgence pour les PE, dans mon département on en fait déjà pal d’aides aux PME…

Publicités