Le conte de Toto ou le con de Toto, selon les jours, les années, les avis.
…suite

CHAPITRE 29 : Au DEV, y a du tangage, y a du broulis.

– Hey les gars, ça fait des heures que je cause, vous en avez pas marre, j’aimerai bien savoir les effets qu’ont créé le rapport du contrôle Fédéral des Finances à ton boulot, ça s’est passé comment au DEV (Développement Economique Vaudois) ?
– Ben t’imagines : la douche froide. On a toujours été tenu au secret mais depuis ce rapport , c’est motus et bouche cousue. C’est pas dur, c’est la première que M.Broulis refuse à plusieurs reprises de répondre à des journalistes et ne le fait que par voie de presse, cette histoire l’a secoué. Il pensait se diriger vers une élection sans histoire et patatras, le Canton de Vaud premier de classe épinglé par la Confédération et par tous les autres cantons, la tuile. Et il prend tout tout seul sur les épaules, car en fait au Conseil d’Etat, il y avait seulement deux personnes au courant des exonérations accordées jusqu’en 2010 et particulièrement pendant la dernière année de l’Arrêté Bonny en 2007 : lui et monsieur Mermoud qui est tragiquement décédé l’année passée. C’est donc beaucoup de poids et de secrets sur un seul homme.


– Et oui, ça soulage de ne pas garder des secrets que pour soi-même, ça doit être dur cette pression.
– Et ça tombe super mal, en plus de la période de campagne…
– Comment ça en plus ?
– Je ne sais pas si tu avais écouté, une semaine avant les révélations du rapport fédéral, M. Broulis avait passé à Forum où il rappelait le rôle super important de l’indépendance des Cantons, notamment en matière fiscale. Il envoyait en fait un coup de semonce à M. Burkhalter pour que celui-ci n’inclue aucun accord fiscal de la Suisse avec l’Europe dans ses négociations sur le marché de l’électricité.
– Tu dis que l’Europe aimerait profiter de régler ses différends fiscaux avec la Suisse en même temps que de régler les problèmes énergétiques.
– Tout à fait, et ils tiennent le couteau par le manche : la Suisse va abandonner le nucléaire et a plus que jamais besoin de l’électricité européenne. En plus la Suisse est gênée par le Canton de Vaud qui a été maintes fois pointé du doigt par la Communauté Européenne pour ces exonérations excessives comme pour la fiscalité sur les holdings et les société mixtes. C’est à se demander si le Contrôle Fédéral des Finances n’a pas sorti ce rapport maintenant pour affaiblir la position de M. Broulis qui soutient encore ce que la confédération ne veut et surtout ne peut plus soutenir vis à vis de l’Europe: les abus de l’optimisation fiscale.
Du reste t’as pu le lire : cette année est l’année où M. Broulis, si il est réélu, va devoir renouveler les accords d’exonérations fiscales de l’arrêté Bonny de 2007, qui se terminent en 2012. Le Contrôle Fédéral des Finances a dores et déjà annoncé que la fête était finie et qu’ils allaient être beaucoup plus stricts pour prolonger ces exonérations pendant 5 ans. M. Broulis, interrogé par Le Temps a lui affirmé qu’il allait renouveler ces contrats en ce qui concerne les exonérations cantonales et communales.
– Oui, j’ai lu : le rapport fédéral est accablant, il dénonce les promesses non tenues de ces sociétés sur l’emploi et sur les investissements dans la région et il condamne que certaines sociétés ne font que de ramener des bénéfices dans le canton pour bénéficier des exonérations totales d’impôt…
– La raison fiscale est toujours la première raison de venir pour ces sociétés. Mais le pire c’est que la confédération considère ces cadeaux fiscaux comme des subventions, donc dans le cadre de la péréquation financière avec les autres cantons, ça coûte au canton de Vaud. 24heures l’a démontré dans le cas de la société brésilienne Vale située à St Prex, les cadeaux octroyés coûtent en fait aux vaudois des dizaines de millions.
– Ca ne m’étonne pas, on est très loin de la création de richesse tant vantée par Broulis. Sans reparler de tous les problèmes sur la hausse des loyers et de l’immobilier. En lisant cette histoire sur Vale, j’ai été étonné que les communes concernées n’étaient même pas au courant des cadeaux fiscaux accordés.
– Ben non, c’est le secret fiscal vaudois total, 2 ou 3 personnes du DEV sont au courant, rien n’est public, tout est caché, le rapport fédéral l’a aussi dénoncé ! C’est le Seco qui est responsable de donner l’autorisation pour l’exonération de l’impôt fédéral direct, et c’est le Seco qui s’est fait tirer les oreilles pour ses largesses et ses manques de contrôle.
– Donc ça va changer en ce qui concerne les exonérations fiscales fédérales, et sur le Canton de Vaud, qu’est-ce que t’en penses, ça va changer ?
– Ben ça, c’est à toi de me le dire, c’est toi qui t’engages en politique.
– Je pense que t’as vu les différentes réactions au débat de la TSR2 à Bex sur ce problème des cadeaux fiscaux, alors que personne ne voulait trop en parler à chaud, il y a maintenant deux blocs bien distincts : la gauche reconnaît qu’il y a eu des abus, demande plus de clarté et veut notamment revoir la façon dont le Canton de Vaud fait des cadeaux fiscaux à des sièges de multinationales.
Quant à la droite, comme on en déjà parlé, elle parle d’intelligence d’avoir su, comme le dit M.Rothenbhuler dans le Matin dimanche « exploiter à mort l’arrêté Bony ». Bref une réponse du genre , y en a point comme nous, on est les meilleurs et on continue de plus belle… Peu importe que les cantons nous montrent du doigt, que la confédération nous remette à l’ordre et que l’Europe cite le canton de Vaud en exemple de concurrence déloyale, c’est tous des jaloux !
– Ben je t’avais dit Toto, ça faisait plus de trois mois que j’étais rentré dans une sorte de burn out à force de voir comment ça marche au DEV, et sans déconner, depuis ton entrée en campagne et surtout depuis les révélations du Contrôle Fédéral des Finances, je vais vachement mieux, je suis soulagé, j’étais sous pression de connaître toutes ces pratiques sans jamais pouvoir en parler, sans que personne soit au courant, sans que personne n’en parle…
– Je comprends bien…

Publicités