Le conte de Toto ou le con de Toto, selon les jours, les années, les avis.
…suite

Chapitre 28: CROISSANCE : PLAN-BEX !

– Ben t’as entendu lundi au débat sur TSR2, je suis pour la décroissance selon Broulis. Attaque frontale : Toto le champion de la décroissance ! Il manque pas de culot : dire que si je suivais son raisonnement intelligent d’optimisation fiscale je serais, moi et ma boîte, déjà délocalisés depuis longtemps à Schwytz ou à Zoug.
– Ouais, il avait pas d’arguments pour balancer ça : coup bas !
– Ca la fout mal, je me suis battu pendant 20 ans pour développer un business dans toute la Suisse et le « grand argentier du Canton de Vaud », comme ils disent, balance à 200’000 téléspectateurs ou chais pas combien que je suis pour la décroissance !


Thank you Mister Broulis, very kind from you !
C’est ce qui s’appelle de la reconnaissance envers de gentils cons tribuables.
– Donc si t’es pas pour la décroissance, t’es pour la croissance ?
– Je suis pas pour une croissance à tout prix, je suis pour une croissance « naturelle », mais en tout cas pas pour une croissance importée artificiellement qui provoque des déséquilibres trop importants. Comme on en a déjà parlé, la croissance de l’immigration est dopée par les rabais fiscaux de toute sorte donnés aux entreprises étrangères, ce qui donne ce qui s’est passé sur La Côte ces dernières années, pour en revenir à ta question initiale.
Donc ça bétonne à gogo, et pour un amoureux de la nature comme moi, c’est clair que ça fait mal. La croissance à tout prix selon Broulis et Leuba, c’est le bétonnage à tout prix, les vaudois doivent réaliser. Et c’est à perpète, y a pas moyen de revenir en arrière !
– Ouais, c’est la folie en dix ans, comme ça a construit. A ce rythme, Lausanne fera vite plus qu’un avec Genève.
– Les prévisions du Conseil d’Etat parlent de 300’000 personnes en plus dans 40 ans. Ces trois dernières années, 15’000 personnes sont arrivées dans le canton de Vaud. J’ai pas fait math sup mais il me semble bien que vingt fois quinze mille font 300’000, donc en fait 20 ans et non quarante. Ils font leur calcul de prévisions avec le taux de croissance suisse mais pas vaudois, qui est plus du double.
– Pourtant, ils doivent le voir que de faire venir toutes ces boîtes, ça crée une perte de cohésion sociale dans la population, avec tous ces jeunes qui n’ont plus assez de thunes pour vivre dans leur propre bled ? Pourquoi ils baissent pas la voilure et s’en remette à une croissance normale ou naturelle, comme tu dis ?
– Je comprends pas, c’est un mauvais calcul, c’est du court terme. Les gens en ont marre, ils réalisent que le problème du logement est insoluble avec un taux de croissance aussi élevé. La crise du logement va encore durer. Et le pire à craindre serait qu’il y ait carrément un sentiment merdique xénophobe envers les étrangers et particulièrement les expats.
– Une raison de plus pour baisse la voilure et pour construire des logements.
– Ouais, il en manque toujours autant, ce qui se construit ne suffit pas. Mais à voir tous les chantiers que j’ai vu ces jours en posant mes affiches, ça construit à donf dans tous les coins…
300’000 personnes à caser en 20 ans, c’est un autre grande Lausanne de Lutry à Morges à construire, c’est de la folie… Si nous avions le même taux de croissance que le reste de la Suisse soit 1%, ce chiffre en vingt ans serait ramené à à 150’000, ce qui change considérablement !

– Vers chez toi à Epalinges, au terminus du M2, ça a construit un max non ?
– Ah oui, ça a bétonné à donf, des millions de mètres cubes et ça continue, encore trois énormes immeubles sont en construction, de beaux champs sont devenus de gros immeubles.
– Faut pas gueuler, ça fait au moins des appartements, je pense à prix modérés ?
– Tu rigoles, y a pas un apart, ce ne sont que des bureaux, des surfaces administratives et encore des bureaux et viens que je te rajoute un gros aquarium et un centre commercial pour rentabiliser l’aquarium…
– C’est pas vrai, pas un logement n’est prévu dans tout ça ?
– Non, c’est une de ces zones de pôle économique comme y en a plein dans le canton genre Y-Park à Yverdon. On est surdosé de ces pôles économiques, d’ailleurs si tu fais le tour, tu vois qu’il y a des centaines de milliers de mètres carrés disponibles dans ces Park. Comme il y a des milliers de bureaux à louer ,des dépôts et bientôt des commerces dans le villes et partout.
C’est le début de l’éclatement de la bulle immobilière en plaine à laquelle nous assistons, ils ont beaucoup trop construit de surfaces administratives et de centres commerciaux boiteux, il va y avoir une grosse chute dans la valeur de l’immobilier commercial, c’est sûr. Et de gros acteurs pourraient avoir des problèmes, et on devra tous se serrer la ceinture parce que « too big to fail ».
– Franchement, il y a un risque ?
– Tout est possible. Si pour un privé, sa maison passe de 1million à 500 mille francs, ça pose un gros problème. Pour une très grosse entreprise, c’est pareil, ça pose un très gros problème…
– Et la bulle sur l’immobilier privé, elle va péter ?
– C’est clair qu’elle va péter, mais pas tout de suite. Vu que tous les promoteurs voient la fin de l’âge d’or sur le commercial et l’administratif, ils se sont tous mis sur l’immobilier privé avec la bénédiction des politiques de tous bords. Ils y vont à fond, ça bétonne sec, ils misent beaucoup sur le haut de gamme, les aparts sont trop chers à louer quand c’est du neuf, c’est inabordable. Tous les prix sont exagérés, bas et moyen de gamme compris, ça ne fait que de monter depuis 1996, c’est plus tenable. Ils vont tous construire encore comme des fous pendants 2 ans et tout va péter, entre temps l’immobilier commercial et de montagne aura déjà perdu 50% de leur valeur.
– Et Bernard Nicod dira, si j’m’étais écouté, j’aurais tout vendu fin 2012, ahahah.
– T’es con, mais t’es pas loin de la vérité : on est toujours plus intelligent après !

Publicités