Le conte de Toto ou le con de Toto, selon les jours, les années, les avis.
… suite
CHAPITRE 39 Sept bonnes raison : (3) Urgence pour les PME. Eviter les délocaliations.

– Qu’ils ne soient plus ministres ! Tu veux dire qu’ils ne soient plus élus ou qu’ils changent de département ?
– L’un ou l’autre ! Tu as vu aujourd’hui ce qui s’est passé au Grand Conseil ?
– Non ?
– Après avoir pris comme stratégie de ne pas assister à la séance du Grand Conseil pour ne pas aborder des questions fiscales trop indélicates 5 jours avant les élections, Broulis a changé d’avis et s’est décidé de venir s’expliquer devant les députés.Ils ont alors modifié l’ordre du jour : la motion et les deux interpellations concernant le scandale des cadeaux fiscaux ont été mis à 16h, le temps pour Broulis de débarquer.
– Et alors ?


– Et ben rien : il a rien dit, il a pas lâché une info, ni un regret. Il a juste perdu son arrogance, il est mal, ça se voit. Il continue de dire avec un faux sourire que le Canton n’a rien fait d’illégal. En plus, son pote Borloz ne l’a pas bien défendu, il est bien seul.
– Et les autres partis ?
– Ben tout a changé très vite depuis ce rapport, c’est un cas d’école d’une histoire dont tout le monde était au courant,dont personne ne voulait aborder le problème mais dont tout le monde parle actuellement !!!
– A part le P.d.R. !
– A fond (sourire), en tout cas c’est clair qu’on a remporté la première manche le 10 février, le jour où la confédération a désigné le canton de Vaud comme le mauvais élève.
Les Verts, les Socialistes et D’Olivo ont attaqué sec cet après midi, il y a eu des bonnes interventions de Pidoux. Zwhalen, et d’autres. Ils ont soulevé les bonnes questions, mais n’ont eu droit à aucune réponse.
Comme dit 24 heures, il règne sur le département des fiances un épais nuage de fumée…

– Et pourquoi tu penses que Leuba ne devrait dans tous les cas plus s’occuper de l’économie comme il le fait depuis l’été passé ?
– Parce qu’il faut clairement changer notre vision sur le développement du canton De Vaud et que Leuba est dans la même logique que Broulis : une croissane à tout prix, donner des aides aux nantis. On l’a bien vu dans le cas de Bobst ou dans celui de Novartis. Alors que Bobst annonçait le licenciement sur 3 ans de 420 collaborateurs et confirmait ses choix stratégiques de délocalisation en Chine et en Inde, Leuba sortait du jour au lendemain 12 millions pour leur centre de formation, totalement illogique.
Et concernant Novartis, il leur a donné tellement de cadeaux fiscaux que c’était devenu impossible pour Novartis de fermer le site. Le montant total est là aussi tenu secret.

– Que penses tu de toutes ces délocalisations ?
– Je pense que c’est désolant mais que ce n’est pas une fatalité. L’Europe, la Suisse comme le Canton de Vaud doit tout faire pour garder son appareil productif traditionnel, c’est primordial. On a vu comme l’économie allemande est florissante grâce à son appareil productif.
En Suisse nous avons également des secteurs dont l’appareil de production est resté en Suisse et qui cartonne.
– Les montres ?
– Et oui l’horlogerie Suisse qui a jamais délocalisé en Asie et qui fabrique plus de 90% en Suisse. Hayek le visionnaire avait fait le bon pari, garder le know how et surtout garder la fabrication ici. 30 ans après : la Suisse numéro un mondial de l’horlogerie !
Et il n’y a pas que l’horlogerie qui garde sa production sur l’Arc Jurassien. Il y a plein de sociétés de machines qui cartonnent comme Tornos ou Hummard Automation, des entreprises qui n’ont jamais délocalisé.
L’Arc jurassien est devenu un exemple de développement industriel pour l’arc lémanique, chapeau.
– C’est clair que dans le jura les loyers et les salaires sont moins élevés !

– Un autre point important pour le développement du Canton de Vaud est ce plan d’urgence aux petites entre prises dont a déjà beaucoup parlé.Il faut à rendre ces aides possibles à toutes les branches de l’économie et non les réserver à uniquement à des domaines issus des grandes écoles…
– Oui OK, on a déjà pas mal parlé de tout ça. Donc la troisième raison de voter pour toi c’est de vouloir changer cette vision sur la promotion du canton en misant sur les petites entreprises et non sur les cadeaux fiscaux, tout en protégeant le tissus industriel local ?
– Tout à fait (sourire).
– Et la quatrième raison ?

Publicités