Sur la photo : forêt qui va être rasée, gabarit de la maison du livre et du rond point sur un superbe immeuble qui va être détruit, comme 5 autres anciens immeubles, vestiges du flon industriel. Cet immeuble était un immeuble pour les fruits et légumes.

Ce matin dans 24 heures, un article est consacré à l’opposition de My Flon au nouveau plan de quartier, dit de la maison du livre, qui prévoit le rasage de la forêt du Flon pour y construire le nouveau viaduc Vigie Gonin, et le bâtiment pont de la maison du livre d’une longueur de 180m et d’une hauteur de onze mètres pour un coût total de 35 millions en ce qui concerne cet immeuble, financés par la caisse de pension de Lausanne.

Dans l’article du jour, M. Français, après avoir reconnu le 28 juin dans le Temps « qu’il n’y a pour la place de l’Europe aucune vision », parle de notre opposition comme une opposition de principe. Ce qui laisserait entendre que nous nous opposons systématiquement à tout. Etant particulièrement impliqué dans cette opposition en tant que président de My Flon, je tiens à rappeler à M. Français, qui le sait très bien, que je n’ai jamais fait opposition à quelque mise à l’enquête que ce soit dans le Flon pendant 25 ans, que ce soit contre la ville ou contre le LO, propriétaire de la plateforme.

Pour dire que cette opposition est d’une part unanime parmi l’association et d’autre part mûrement réfléchie, mais en aucun cas une opposition de principe.

Concernant « la prise en otage du tram et de la maison du livre par les opposants », je tiens également à dire à M. Français que c’est la municipalité de Lausanne qui tient la population en otage avec ses projets urbanistiques qui manquent de vision, les exemples sont devenus hélas trop nombreux, mais citons les 2 derniers :
– Métamorphose où la population a voté pour un écoquartier mais non pour la destruction d’un stade, la reconstruction de 2 stades ,d’une piscine à Malley. Le projet actuel n’a plus rien à voir avec le projet qui a été soumis au peuple.
– La place de la Sallaz, une place sinistrée, malgré les oppositions de tous les habitants et les commerçants, un détour de la place non naturel et non écologique, une place qui ressemble à un terrain vague depuis 3 ans.

Mais revenons à ce qui nous intéresse, les 10 bonnes raisons de s’opposer au plan de quartier de la maison du livre :

1. Parce qu’il va détruire une forêt qui a toujours été préservée depuis plus de 3 siècles.

2. Parce que cette forêt est le poumon du flon, elle abrite 17 sortes d’arbres et 16 sortes d’oiseaux différents. Elle est le dernier espace vert du Flon, suite à des promesses non tenues de créer des zones vertes au flon.

3. Parce que cette forêt fait partie intégrante du Flon, la construction de cet immense maison du livre de 180m de long fera en fait basculer cette les quelques arbres non coupés et les quelques buissons replantés du côté de Montbenon,

4.Parce que la route Vigie Gonin va dénaturer tout le quartier du Flon et amener énormément de nuisances sonores dans la seule partie du Flon encore tranquille, et très propice aux deux écoles de musique.

5.Parce que la construction de la maison du livre implique la destruction de plusieurs immeubles et garages, vestiges du flon industriel et artisanal.

6.Parce que la maison du livre va totalement dénaturé les côtes de Montbenon.

7.Parce que les côtes de Montbenon sont la dernière possibilité de rendre le Flon un peu plus convivial avec plus de commerces en tout genre pouvant bénéficier de loyers modérés, parce que dans de vieux locaux.

8. Parce que le coût de la maison du livre de 35 millions financés par la caisse de pension, en difficulté, est exorbitant. Et le rendu est particulièrement choquant, un immeuble de 180m qui ne respecte en rien toutes les autres surfaces des immeubles de la plateforme du Flon, en plus sous une route…

9. Parce que cette maison du livre n’est en fait que la résultante de la construction de la rampe Vigie Gonin, qui n’est elle même que la cause de la fermeture de la rue de Genève aux voitures, qui elle même est la cause de son étroitesse et donc de la disparition de la place de l’Europe. Fermeture de la rue de Genève à laquelle sont opposés unanimement tous les acteurs sociaux et économiques du Flon, craignant une Sallazisation du Flon.

10. Parce qu’à aucun moment si ce n’est 10 minutes accordées pour défendre notre pétition en 2012, les acteurs économiques et sociaux du Flon n’ont été consultés par la municipalité. Aucun contact n’a été noué avec la municipalité,qui, d’une certaine arrogance, n’a jamais voulu nous entendre ni nous inclure dans leurs projets et réflexions, malgré toutes nos démarches.

Dès demain reprise de notre série estivale sur l’histoire du Flon avec le 4e épisode, merci de votre lecture.
Et restez informés sur les courants du Flon, likez la page My Flon

Guillaume Morand

Publicités