1016960_417297161722946_1457515418_nVoici une photo datant des années 20, comme celle d’hier, sous un autre angle, un zoom sur cette partie ouest du Flon, bien avant la construction de la caserne des Pompiers à la route de la Vigie, photo prise depuis le pont Chauderon.

Cette photo est intéressante, on y distingue très nettement sur la gauche de la photo, la voie du Chariot, avec ses 2 rails qui s’étendaient depuis la Gare du Flon jusqu’à cette extrémité ouest de la surface du Flon.

Les wagons provenant eux mêmes de la Gare de Lausanne en remontant la ligne du Lausanne Ouchy.

Les wagons étaient tirés par un transbordeur qui permettait à chaque wagon de circuler sur la voie du Chariot, puis de bifurquer à droite ou à gauche sur tel ou tel entrepôt au niveau des quais aménagés le long de chaque immeuble.

Raison pour laquelle de nombreuses entrées de commerces sont toujours à un niveau de 1 mètre 20 environ, hauteur des wagons pour décharger.

Cette voie du Chariot est toujours actuellement l’allée principale et centrale de la surface du Flon et s’appelle du reste La Voie du Chariot.

On voit également que sur cette partie ouest du Flon les constructions sur les remblais au centre étaient d’abord des constructions légères en bois, ceci afin de laisser le temps aux remblais de bien se tasser et de pouvoir par la suite construire en dur, petit à petit d’est en ouest.

Les immeubles sur la droite en revanche ont été construits sur le flanc de la vallée du Flon, sur du dur, donc directement en dur.

Cette partie était, comme on l’a dit hier, réservée aux huiles, aussi bien comestibles, « huilerie Chambéry », que des huiles de moteur ou de chauffage, comme « Radia » et « Georges Mischoud »

Les deux immeubles Radia et Mischoud ont été détruits, mais le suivant est le bâtiment actuel de l’association appartenance appelé Mozaik, et le suivant, en face de l’huilerie Chambéry est le bâtiment qui abrite actuellement la galerie démArt et le centre culturel La Datcha.

Le nouveau plan de quartier déposé par la municipalité en juillet détruirait ces deux immeubles ainsi que bien d’autres, il raserait également les 2/3 de la forêt que l’on peut voir sur la droite de la photo, toujours intacte, comme aujourd’hui.

Finalement le bâtiment qui traverse au premier plan de la photo, vraisemblablement une scierie, est l’emplacement actuel de la caserne des pompiers de la Vigie.

Merci pour votre lecture, bon premier août, faites bien péter, mais prudence

Publicités