On peut dire que dans ces années, la plateforme du Flon avec tous ses entrepôts tourne à plein régime.

Le plan de quartier de la surface est orthogonal, il suit en fait toujours le même principe : la voix du chariot avec ses deux rails que l’on distingue sur la photo, où les wagons, arrivant de la gare par la ligne Lausanne Ouchy, sont tractés par un transbordeur amenant les wagons à hauteur de chaque immeuble pour bifurquer sur chaque dépôt, prêt à être vidé de sa marchandise, donnant à tout le quartier son look perpendiculaire.

C’est donc bien ce système de transbordeur et de wagons qui a donné la forme architecturale de la surface du Flon, des immeubles carrés ou rectangulaires, séparés par des voies un peu plus larges que les wagons.

Cet aspect orthogonal a été heureusement préservé par le plan de quartier des années 90, début du renouveau du Flon. Tous les immeubles construits depuis ont respecté les gabarits de l’époque, et surtout ont respecté le plan orthogonal de la surface du flon, avec des rues et des immeubles perpendiculaires, grâce notamment au travail de Urs Zuppinger au sein de son association pour préserver le Flon.

En tout cas,on comprend mieux le surnom de « little Chicago » donné au Flon à l’époque en voyant cette photo.

577225_421008531351809_127178095_nComme vous le savez, un nouveau plan de quartier a été déposé par la municipalité en juillert 2013, le plan de quartier de la maison du livre. Ce plan de quartier aurait pour effet catastrophique de raser la forêt que l’on voit sur la photo et qui est toujours intacte.
Mais pour revenir à l’aspect urbanistique, ce nouveau plan de quartier et la construction de la maison du livre sous la rampe Vigie Gonin irait complètement à l’opposé des constructions carrées et rectangulaires de la surface du Flon.
En effet, il s’agirait d’un bâtiment-pont de 180 mètres de long (!!!) et de 11 mètres de haut, un immeuble gigantesque immensément long, qui, en plus de faire disparaître le poumon du Flon, sa forêt, changerait l’aspect historique et préservé du plan orthogonal de la surface du Flon.

Sinon, sur la photo, on distingue en bas à droite les deux immeubles appelés magasins du LO, construits en dur vers 1890 avec leurs 3 niveaux de sous sols, bâtiments protégés, et juste après, le bâtiment du Mad, longtemps occupé par Debrunner.
Et évidemment, à gauche le palais de Justice de Montbenon qui lui avait été construit en 1886 par Benjamin Recordon.

Merci pour votre lecture.
Suite ces prochains jours sur les gros changements des années 50-60 pour la plateforme du Flon.

My Flon

Publicités