On peut dire que dans ces années, la plateforme du Flon avec tous ses entrepôts tourne à plein régime.

Le plan de quartier de la surface est orthogonal, il suit en fait toujours le même principe : la voix du chariot avec ses deux rails que l’on distingue sur la photo, où les wagons, arrivant de la gare par la ligne Lausanne Ouchy, sont tractés par un transbordeur amenant les wagons à hauteur de chaque immeuble pour bifurquer sur chaque dépôt, prêt à être vidé de sa marchandise, donnant à tout le quartier son look perpendiculaire.

C’est donc bien ce système de transbordeur et de wagons qui a donné la forme architecturale de la surface du Flon, des immeubles carrés ou rectangulaires, séparés par des voies un peu plus larges que les wagons.

Cet aspect orthogonal a été heureusement préservé par le plan de quartier des années 90, début du renouveau du Flon. Tous les immeubles construits depuis ont respecté les gabarits de l’époque, et surtout ont respecté le plan orthogonal de la surface du flon, avec des rues et des immeubles perpendiculaires, grâce notamment au travail de Urs Zuppinger au sein de son association pour préserver le Flon.

En tout cas,on comprend mieux le surnom de « little Chicago » donné au Flon à l’époque en voyant cette photo.

577225_421008531351809_127178095_nComme vous le savez, un nouveau plan de quartier a été déposé par la municipalité en juillert 2013, le plan de quartier de la maison du livre. Ce plan de quartier aurait pour effet catastrophique de raser la forêt que l’on voit sur la photo et qui est toujours intacte.
Mais pour revenir à l’aspect urbanistique, ce nouveau plan de quartier et la construction de la maison du livre sous la rampe Vigie Gonin irait complètement à l’opposé des constructions carrées et rectangulaires de la surface du Flon.
En effet, il s’agirait d’un bâtiment-pont de 180 mètres de long (!!!) et de 11 mètres de haut, un immeuble gigantesque immensément long, qui, en plus de faire disparaître le poumon du Flon, sa forêt, changerait l’aspect historique et préservé du plan orthogonal de la surface du Flon.

Sinon, sur la photo, on distingue en bas à droite les deux immeubles appelés magasins du LO, construits en dur vers 1890 avec leurs 3 niveaux de sous sols, bâtiments protégés, et juste après, le bâtiment du Mad, longtemps occupé par Debrunner.
Et évidemment, à gauche le palais de Justice de Montbenon qui lui avait été construit en 1886 par Benjamin Recordon.

Merci pour votre lecture.
Suite ces prochains jours sur les gros changements des années 50-60 pour la plateforme du Flon.

My Flon

Nous sommes en 1931 (photo), la famille Mercier est toujours aussi puissante à Lausanne.
Malheureusement, le fils aîné de Jean Jacques Mercier IV, promis à reprendre les rennes des affaires familiales, décède tragiquement suite à une chute de cheval au service militaire.
Moins de documentation sur q998918_420107761441886_868033547_nui réellement a mené les affaires familiales par la suite. Il semble que l’entreprise ait été dirigée par les filles de Jean-Jacques Mercier IV et de leurs conjoints respectifs.

Ils continuèrent en tout cas de construire sur la plateforme du Flon de très beaux bâtiments venant remplacer les premières constructions en bois destinées à être détruites, une fois les remblais bien tassés par le temps.

On assiste donc à une construction en damiers de la surface du Flon, que les anciens du reste avaient surnommé « le Little Chicago » en référence à ce style de construction de dépôts en damier dans la célèbre ville américaine.

On voit au premier plan la construction par la famille Mercier du grand immeuble de l’imprimerie centrale, qui imprimait tous les journaux de Lausanne.
Le style de l’immeuble sied parfaitement avec les immeubles de l’Entrepôt fédéral et les immeubles des magasins du LO, trois immeubles construits plus de 30 ans auparavant par la famille Mercier et qui existent toujours, protégés, témoignages du passé de Lausanne.
Ce sont du reste actuellement toujours les plus beaux immeubles de la plateforme du Flon, d’un style et d’une classe indémodables, contrairement aux nouvelles construction, bardées de métal et de verre dans leur socle en béton…
Lire la suite »

1016960_417297161722946_1457515418_nVoici une photo datant des années 20, comme celle d’hier, sous un autre angle, un zoom sur cette partie ouest du Flon, bien avant la construction de la caserne des Pompiers à la route de la Vigie, photo prise depuis le pont Chauderon.

Cette photo est intéressante, on y distingue très nettement sur la gauche de la photo, la voie du Chariot, avec ses 2 rails qui s’étendaient depuis la Gare du Flon jusqu’à cette extrémité ouest de la surface du Flon.

Les wagons provenant eux mêmes de la Gare de Lausanne en remontant la ligne du Lausanne Ouchy.

Les wagons étaient tirés par un transbordeur qui permettait à chaque wagon de circuler sur la voie du Chariot, puis de bifurquer à droite ou à gauche sur tel ou tel entrepôt au niveau des quais aménagés le long de chaque immeuble.

Raison pour laquelle de nombreuses entrées de commerces sont toujours à un niveau de 1 mètre 20 environ, hauteur des wagons pour décharger.

Cette voie du Chariot est toujours actuellement l’allée principale et centrale de la surface du Flon et s’appelle du reste La Voie du Chariot.

Lire la suite »

1016433_416814361771226_1649616183_nLa photo ci-dessous date de juillet 1921.
Jean-Jacques Mercier IV, dit Jean-Jacques Mercier de Molin, est alors le directeur de la compagnie Lausanne Ouchy, elle même propriétaire de la surface du Flon, de la ligne Lausanne Ouchy, du Château d’Ouchy et j’en passe…

Jean-Jacques Mercier-de Molin est l’héritier d’une situation familiale et financière puis­sante, construite sur quatre générations. Actif dans la vie politique, militaire et économique, il gère avec altruisme la fortune Mercier, contribuant ainsi à perpétuer le sou­venir de la dynastie par des réalisations concrètes. Il est également très attentif à la conservation des archives de l’entreprise et de la famille.

Le comblement de la vallé du Flon continue donc d’être une affaire strictement privée,de la famille Mercier,avec l’aval de la ville de Lausanne.

Lire la suite »

480481_416409281811734_1867640320_n

Cette photo date de 1913, le hameau de l’ermitage a disparu, on voit encore ses ruines de grosses piètres, triées pour être récupérées.La vallée du Flon continue inexorablement à être comblée, petit à petit.
C’est devenu à cette époque une grosse déchetterie à ciel ouvert où s’entassent un peu n’importe quoi mais principalement des gravats des nombreuses excavations des nouvelles constructions de Lausanne, mais heureusement pas encore de plastique

On distingue très nettement les deux chemins qui montent dans la forêt du Flon, témoignages du seul moyen d’accès pour passer à l’époque de Chauderon à Montbenon, avant la construction du pont en 1906.

Le chemin de gauche a subsisté jusqu’à aujourd’hui, il est toujours possible de traverser le bois du Flon, dans la fraîcheur de la forêt, sur un joli petit chemin qui a subsisté.
On voit également sur la photo cette forêt du Flon, en période d’hiver. La forêt également, exactement 1 siècle après , est toujours là,mais est gravement menacée en 2014.

Lire la suite »

148554_415161005269895_1543715316_nC’est le septième épisode sur l’histoire du Flon ou disons sur la plateforme du Flon, mais toujours pas une photo de cette rivière si célèbre qui a donné son nom à tout un quartier, le Flon.

Rendons au Flon ce qui appartient au Flon , le voici enfin en vrai, canalisé mais à ciel ouvert

Voici une superbe photo du Flon à ciel ouvert datant de 1896, précisément au hameau de l’ermitage que nous avons vu hier, quasiment au pied du pont Chauderon, en amont, où se trouve actuellement la fin ouest de la rue des Côtes de Montbenon, mais 15 mètres au-dessous, avant le comblement de la vallée.

La forêt du Flon est belle et bien présente sur les flancs de la vallée, à droite de la photo, forêt que la municipalité actuelle veut raser pour construire un nouvel axe fort, la rampe Vigie Gonin et la maison du livre, ce contre quoi My Flon a déposé une opposition, de même que Pronatura.

Lire la suite »

1077144_414654665320529_1196515505_oAvant de passer au Flon entre deux guerres, restons encore dans le tout début de ce siècle et la suite du comblement de la vallée, période cruciale pour cette partie de Lausanne et pour le Flon.

C’est à peu près 70 ans après le Grand Pont que le Pont Chauderon fut construit, entre 1904 et 1906, soit quasi simultanément que le Pont Bessièrers, inauguré en 1910.
Le Pont Chauderon fait partie intégrante de la plateforme du Flon, elle est en fait la limite ouest de la plateforme dont le Grand Pont délimite la partie est.

En fait, à l’origine, les arches du Pont Chauderon étaient bien plus hautes qu’actuellement puisque elles culminaient à une hauteur impressionnante de 36 mètres.
La hauteur de ces arches fut drastiquement réduite par le comblement de la vallée du Flon pour en donner l’allure actuelle.

Lire la suite »